FORUM TBC

forum du club de Bonsai de Tarare (69)


    techniques de walter pall

    Partagez
    avatar
    mars volta
    Admin

    Messages : 495
    Date d'inscription : 26/05/2008
    Age : 35
    Localisation : St loup (rhône)

    techniques de walter pall

    Message  mars volta le Lun 28 Juil 2008, 22:14

    Coucou. Je suis tombé sur çà sur PB. Le sujet parle des articles de France Bonsai sur la ramification. Cette technique est décrite par un membre.

    La taille Maillot est celle qu'on enseignait dans le temps. Pincements en verts répétés.
    L'inconvénient physiologique c'est qu'on enlève systématiquement les feuilles jeunes les plus productives qui renforcent l'arbre.
    Cette méthode a été fatale à de nombreux genévriers (dans le temps)
    On peut la pratiquer sur arbres matures en vue d'une expo

    La taille Murata est celle préconisée depuis longtemps par Walter Pall
    On laisse partir les rameaux et on taille à une ou mieux deux feuilles dès que ceux-ci sont aoûtés.
    On a alors un rebourgeonnement arrière avec des rameaux plus courts et des feuilles plus petites et plus nombreuses.

    Une amélioration de cette technique sur feuillus (sauf prunus, cas à part) est un éclaircissement un ou deux mois après.
    On taille les rameaux mal placés qui vont vers le haut, le bas, qui croisent etc..
    Et on taille aussi pas mal de feuilles (les plus grosses, celles qui sont endommagées, malades) de façon à laisser passer l'air et la lumière vers l'intérieur de l'arbre. Cela sauvegarde les petits rameaux internes qui sans cela sèchent rapidement.

    Nos arbres sont trop compacts et trop denses. Cette technique leur donne du souffle.

    Il s'ensuit , après cet éclaircissement, de nouveaux bourgeonnements arrière et des pousses très fortes de rameaux.
    Il ne faut pas alors hésiter à tailler ou plutôt pincer ( comme le préconise Maillot).

    C'est beaucoup plus interventionniste que Murata mais les résultats sont excellents et les arbres n'en souffrent pas, bien au contraire.

    Sinon vous attendez le mois de mars suivant et vous faites une taille correctrice d'hiver avant le débourrement. Mais vous n'aurez pas joui de la vue de vos arbres sains, aériens, légers et en pleine santé. (cette méthode évite pas mal de maladies fongiques sur les feuilles bien aérées)

    Voilà mon expérience depuis 4 ans
    avatar
    mars volta
    Admin

    Messages : 495
    Date d'inscription : 26/05/2008
    Age : 35
    Localisation : St loup (rhône)

    Re: techniques de walter pall

    Message  mars volta le Sam 24 Oct 2009, 13:44

    Un article qui me fait rire (on entend vraiment des millons de versions c'est dingue). Cela dit, c'est très instructif:

    Le substrat, l’arrosage, l’engrais - French

    This text is shown on edg bonsai forum, translated by Michel.

    (Ce texte est la traduction d’un article rédigé par Walter Pall sur le forum du « Bonsai Club » allemand -équivalent de notre Fédération Française du Bonsaï-, et repris sur son blog, à la suite de nombreuses questions qui lui sont posées sur sa pratique. Il est publié avec son aimable autorisation).

    Le substrat, l’arrosage, l’engrais.

    On ne peut considérer le substrat, l’arrosage, l’engrais chacun de manière isolée. Tout est lié, et il faut en outre considérer l’arbre dont il est question : conifère, feuillu, jeune, vieux, récemment rempoté, ou collecté, etc. ; entre en question également la localisation du bonsaïlliste.

    Donc, pas de réponse précise ?

    Si, mais il faut lire exactement tout ce qui suit, et l’on doit également TOUT pratiquer. Suivre une seule de ces recommandations prise isolément peut conduire à la catastrophe.

    1) Tout ce qui est écrit dans la plupart des livres sur les bonsaïs sur ces thèmes peut-être complètement oublié.

    Tout ceci constitue un monde entièrement nouveau.

    Même lorsque les méthodes anciennes fonctionnent, elles apparaissent aujourd’hui malgré tout, fausses, voire mortelles.

    2) Substrat : il doit avoir une certaine granulométrie, retenir l’eau et la restituer, doit être SANS TERRE, ne doit pas s’effriter facilement, être bon marché, et être léger lorsqu’il est sec, afin de permettre le transport de grands arbres.
    On trouve ainsi : grains de lave (NDT = pouzzolane) , Bims, Blähton (NDT = argile cuite utilisée dans le bâtiment en Allemagne), zéolithe, Chabasai ®, , Boncoco ® (NDT = fibre de coco commercialisée sous ce nom en Allemagne, et sous le nom de Terre de coco en France), Akadama ® dure, Styropor (NDT = polystyrène expansé) en miettes (ce n’est pas une plaisanterie), et quelques autres que chacun peut trouver par lui-même s’il a compris le principe.

    L’Akadama ® normal est utilisable avec précaution car il s’effrite, particulièrement en cas de gel, et qu’il constitue alors une masse argileuse dangereuse.

    Pas utiles : n’importe quelle terre, compost, pierre, silex, sable, etc. Naturellement, un arbre poussera dans du sable ou de la terre pour plantes florales, mais cela ne sera pas optimal.

    On peut utiliser tous les substrats cités seuls ou en mélange de plusieurs au choix.

    Il existe un nombre infini de « SUBSTRAT IDEAL ». JE SUIS D’AVIS QUE PEU IMPORTE CEUX QUE L’ON PREND, ET DANS QUELLE PROPORTION.

    3) Additif au substrat :

    Les substrats modernes ne contiennent aucune terre, donc ils sont inertes. De plus, ils drainent et doivent être arrosés plusieurs fois par jour lorsqu’il fait chaud. Ce qui pour moi a fait ses preuves, c’est la tourbe grossière, également appelé tourbe blanche (NDT : en français = tourbe blonde). On la trouve dans n’importe quelle jardinerie. Peut également s’appeler « tourbe de fertilisation », parce que l’engrais coute moins cher en transport par fer que la terre. (NDT : il s’agit à ma connaissance d’une considération purement germanique).

    Pas la tourbe noire poudreuse.

    En Amérique, la tourbe est difficilement disponible. Mais on peut utiliser à la place de l’écorce finement hachée. On peut également utiliser de la fibre de coco ou du Boncoco®.

    Je mets 15% à 20% de cet additif. Ce qui fait 80% de substrat moderne, et 20% de tourbe. Avec les pins et les oliviers, plutôt moins. Pour les arbres très petits, plutôt plus.

    Ces éléments organiques servent aussi à améliorer la rétention en eau, ainsi que la vie dans le substrat. La tourbe a aussi apparemment des hormones qui font du bien au sol et aux arbres. Ces éléments organiques se désagrègent après environ 2 à 5 ans. On doit par conséquent l’utiliser avec précaution. On doit également la réutiliser avec réserves.

    4) Arrosage :

    A partir de fin mars, l’arrosage doit être quotidien, peu importe que l’arbre ait séché ou pas. Pas d’arrosage uniquement lorsqu’il pleut vraiment beaucoup. S’il fait chaud ou en cas de fort vent, il faut alors arroser deux ou trois fois (NDT : dans la journée).
    Les petits arbres doivent être arrosés au moins deux fois. TOUS les arbres doivent être arrosés individuellement sur toute la surface. Tout un chacun peut arroser à condition que tout soit humide. La qualité de l’eau est INDIFFERENTE. L’eau du robinet convient parfaitement. Pour toutes les plantes. J’ai l’eau la plus dure qui soit avec 23 ° de titre hydrotimétrique allemand, et je l’utilise pour TOUT. Pour les érables les plus couteux et aussi pour les azalées.

    J’utilise un gros tuyau d’arrosage de jardin, avec une dispersion assez large. Ce ne sont pas les arbres, mais une surface qui est arrosée. Comme au jardin.

    Lorsqu’on arrose, il faut le faire de manière agressive, c'est-à-dire que toute la surface doit être mouillée, l’arbre entier, de haut en bas. L’eau doit sortir par les trous de drainage. Avec les substrats modernes, sur arroser est pratiquement impossible. Mais sous arroser certainement. Beaucoup de bonsaïs meurent dans des substrats modernes, parce qu’ils sont sous arrosés, en suivant les méthodes anciennes.

    5) Fertiliser :

    Avec des substrats modernes, fertiliser n’est absolument plus un secret. CHAQUE engrais proposé pour les plantes en général convient, qu’il soit chimique ou organique.
    CHAQUE engrais devrait contenir relativement BEAUCOUP d’azote. Ce n’est qu’avec l’azote que les plantes peuvent croître. J’utilise l’engrais liquide que ALDI (NDT : supermarché « prix bas » allemand) propose au printemps, et en outre l’engrais sec en carton. Deux fois par an, je jette une demi-poignée de fumier de volailles séché sur le substrat.

    Combien d’engrais ?

    BEAUCOUP PLUS QU’ON PEUT L’IMAGINER :

    J’engraisse jusqu’à 60 fois plus que la plupart des bonsaïllistes normaux. Tous les dix jours, je prends un arrosoir de 10 litres et je donne TROIS (un est recommandé) bouchons pleins dans l’eau. J’arrose tous les arbres. Conifères et feuillus, grands ou petits, récemment rempotés ou non. Ainsi, de fin mars à début octobre, donc environ 200 jours, soit 20 apports d’engrais. Le bonsaïlliste normal ne fertilise pas ou alors deux ou trois fois par an, et alors à dose « réduite », parce que cela lui a été ainsi enseigné. Si le bouchon sert de mesure, il en met la moitié. J’en mets trois. L’homme normal fertilise ainsi à hauteur de trois bouchons par an. En ce qui me concerne, c’est vingt fois trois, soit soixante bouchons. Au moins, car il faut ajouter les apports de fumier de volaille.

    Les boulettes d’engrais asiatiques et autres : à mon avis elles sont complètement inutiles et dépassées. Ceux à qui elles font plaisir peuvent les utiliser. Elles ne nuisent pas. Le Biogold ® est fait pour être utilisé avec l’Akadama ® qui est un substrat moderne. Il est ainsi très utilisable. Si on me l’offre, je l’utilise volontiers. Je l’effrite et je le disperse sur le substrat. Après l’arrosage, il devient ainsi invisible. La brulure des racines par l’excès d’engrais chimique est difficilement possible parce qu’en suivant cette méthode, l’arrosage agressif lave tout ce qui est superflu. En tout cas, même mes azalées ne se trouvent pas mal de mes méthodes. Par conséquent, je réutilise également sans scrupules le vieux substrat.

    Encore une fois : tout ou rien. Celui qui engraisse au maximum, ou arrose de manière agressive, en utilisant les substrats à l’ancienne mode tue ses arbres de façon certaine. Celui qui utilise des substrats modernes, mais engraisse et arrose comme par le passé tue ses arbres de façon certaine.

    C’est tout. Maintenant, chacun peut écrire ce qu’il veut. Cela m’importe peu et je ne laisserai guère de place à une quelconque discussion. Ceux qui n’y croient pas peuvent parcourir ma galerie et interroger les personnes qui me sont proches. Tout cela n’a pas été inventé uniquement par moi. C’est appliqué par des jardiniers modernes sur leurs bonsaïs. C’est nouveau pour la plupart des pratiquants récents, et cela paraît incroyable. C’est pourtant déjà assez ancien et c’est appliqué en horticulture depuis des décennies, et en matière de bonsaï depuis une décennie avec grand succès.
    avatar
    Maek

    Messages : 1422
    Date d'inscription : 23/06/2008
    Age : 43
    Localisation : TREVOUX

    Re: techniques de walter pall

    Message  Maek le Sam 24 Oct 2009, 19:27

    j'aime bien son point de vue Very Happy

    sa méthode a l'avantage d'être univoque, par contre pour arroser 3 fois par jours il faut être a la retraite !!

    contrairement a ce qu'il dit, 23° TH ça fait pas une eau très dure,je pense que ça lui permet de l'utiliser partout

    pour l'engrais, c'est la remarque qu'on m'a fait a l'atelier, je respecte les doses du produit mais francisco ma conseillé de multiplier les doses par 5( m'enfin ça sera surement moins que walter!!)

    l'année prochaine ---> méthode walter
    avatar
    gralak
    Admin

    Messages : 1130
    Date d'inscription : 29/05/2008
    Age : 35
    Localisation : tarare

    Re: techniques de walter pall

    Message  gralak le Mer 28 Oct 2009, 18:26

    En meme temps Bongrand quand il nous parlais des produits vegetal media disait qu il respectait les doses préconisées.
    Donc voila, on entend vraiment toutes les versions.
    J ai l impression qu ils croient tous avoir la solution miracle mais en faite personne l a vraiment.
    A nous de nous faire notre propre experience.
    avatar
    math69
    Admin

    Messages : 1275
    Date d'inscription : 01/05/2008
    Age : 35
    Localisation : Souzy

    Re: techniques de walter pall

    Message  math69 le Mer 28 Oct 2009, 19:04

    Comme nous disait cisco lors du stage, quand on trouve une méthode de fertilisation qui marche bien, faut pas se prendre le choux. A avoir voulu amélioré la fertilisation sur des ifs, ( il augmentai la dose tous les ans en se disant "putain ça marche encore mieu que l'année dernière") il a augmenter la dose de trop, résultat: osmose inverse, les arbres complètement affaiblis et ça fais trois ans qu'il les remontes...

    Donc multiplier les doses prescrite par trois, je dit ATTENTION au risque de brulure, demander a 'ti coq comment ça fait...

    Comme gralak, faut se faire son expériance.
    avatar
    Maek

    Messages : 1422
    Date d'inscription : 23/06/2008
    Age : 43
    Localisation : TREVOUX

    Re: techniques de walter pall

    Message  Maek le Jeu 29 Oct 2009, 09:09

    oui, mais dans mon cas, c'était le contraire, apparement l'arbre était en forme mais sans plus... il y a peut etre l'arrosage, mais d'apres walter il faut arroser tout les jours!!

    petite question au passage, vous enlevz les restes d'engrais sur le substrat pour l'hiver? j'ai lu ça Question
    avatar
    gralak
    Admin

    Messages : 1130
    Date d'inscription : 29/05/2008
    Age : 35
    Localisation : tarare

    Re: techniques de walter pall

    Message  gralak le Jeu 29 Oct 2009, 18:35

    Quand tu mets de l engrais solide, il faut bien entendu dégager le bouzin au bout d un moment si tu veux pas qu il finisse au fond de ton pot à empecher le drainage et ainsi faire pourrir tes racines.
    A faire toute l année, pas que pour l hiver.

    Moi perso cette année j ai essayé de mettre que de l engrais organique liquide sur mes arbres en pots, en alternant les differents engrais de vegetal media (bonsai drink, well roots, tonus V, or+ immugreen). J ai vu une nette amélioration sur la santé de mes arbres, par rapport à l année d avant ou j utilisais que de l engrais organique solide.
    A voir ce que ca donne sur plusieurs années.
    avatar
    mars volta
    Admin

    Messages : 495
    Date d'inscription : 26/05/2008
    Age : 35
    Localisation : St loup (rhône)

    Re: techniques de walter pall

    Message  mars volta le Mer 16 Déc 2009, 21:26

    Premier travail d'un arbre de walter

    Aucune raideur, on remarque bien le but de racourcir le plus près du tronc juste après la première dranchette de chaque charpentière.

    Finalement, sans se prendre la tête Rolling Eyes

    [img][/img]

    Contenu sponsorisé

    Re: techniques de walter pall

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc 2017, 09:12